VIRY Bourgogne VIRY Bourgogne

 Accueil
 Le mot du Maire
 Infos mairie
 Notre functionnement
 Environnement
 Associations
 Infrastructures
 Hébergement
 Patrimoine
 Revue de presse
 Les compte-rendus du Conceil Municipal
 Liens
 Diaporamas

  

 

 


 

VIRY Bourgogne VIRY Bourgogne


                                PATRIMOINE

Eglise de Viry
L'église de Viry a conservé de l'époque romane, la travée de chœur, le transept et le clocher. La nef a été reconstruite au XIXe siècle. L'ancienne abside romane a été remplacée, à la fin du XVe siècle, par une nouvelle abside gothique à fond plat, tandis que la nef a été refaite au XIXe siècle. Cette église paroissiale est placée sous le vocable de Saint Barthélémy l'un des douze apôtres, dont la fête est célébrée le 24 août.

                        

 
Hagiographique

Du point de vue hagiographique, Barthélémy est mentionné sur toutes les listes des douze apôtres. Parfois appelé Nathanael, il n'intervient pas dans les récits évangéliques,. ni dans les Actes des Apôtres. La tradition rapporte qu'il aurait évangélisé l'Arabie, la Mésopotamie et une partie de l'Inde. Revenu en Arménie, il aurait été écorché vif et crucifié sur les ordres du roi Astyage. Ce martyre sanglant lui valut d'être le saint patron de tous les corps de métier ayant un rapport avec la préparation des peaux et le travail du cuir : bouchers, tanneurs, corroyeurs, gantiers et relieurs. 

Dans l'iconographie chrétienne, Barthélémy est représenté en homme écorché, crucifié la tête en bas afin de faciliter le travail de ses bourreaux. Les peintres allemands et espagnols de l'époque baroque (Ribera, 1639, au musée du Prado) ont représenté de manière très réaliste et violente cette scène de l'écorchement.

Repères historiques
Avant la Révolution française, la paroisse de Viry était sous le patronage du chapitre de la cathédrale d'Autun, et faisait partie de l'Archiprêtré de Charolles. A cette époque, le seigneur est le Chevalier de La Guiche qui résidait dans le château de Saillant, lequel sera démoli en 1855. Il en reste des vestiges intéressants. L'abside de l'église de Viry est ornée d'un grand vitrail daté de 1510 : l'article "Le vitrail de Viry" .La famille de Saillant a donné deux évêques au diocèse de Mâcon dont l'un fut élevé à la dignité de cardinal et qui mourut à Rome en 1484.

    
Intérieur de l'eglise
L'église de Viry comporte une nef unique à quatre travées, édifiée au XIX' siècle, un transept et une travée de cœur saillants, de l'époque romane, que prolonge une abside en style gothique, à chevet plat, de la fin du XVe siècle.

                         

Dans la partie romane, la croisée du transept est voûtée par une belle coupole octogonale reposant sur quatre trompes. Les bras du transept sont voûtés en berceau plein cintre. La nef, reconstruite au XIXe siècle, est voûtée en berceau plein cintre. Les travées de la nef sont séparées par des arcs doubleaux en plein cintre qui retombent, latéralement. sur des consoles sculptées.

La nef communique avec le chœur par une grande arcade à double rouleau, en plein cintre. De part et d'autre de cette grande arcade, on observe deux ouvertures en plein cintre, plus basses, que les historiens appellent « passages berrichons » et qui rappellent les églises romanes du Berry. Ce dispositif original, totalement inconnu dans les églises romanes du Brionnais, se retrouve dans d'autres églises romanes du Charolais comme Martigny-le-Comte, Vitry-sur-Loire.... L'abside, de plan rectangulaire, a été voûtée d'ogives, avec liernes et tiercerons, à la fin du XVe siècle. Le chœur et l'abside ont été abondamment repeints au XIXe siècle.

La nef est percée par des fenêtres en plein cintre, de style néo-roman, qui éclairent directement sous la voûte. Le mur de façade est ouvert, à l'étage de la tribune, par un oculus en forme de rosace.

Extérieur
A l'instar de l'église voisine de Martigny-le-Comte (canton de Palinges), l'église de Viry est dominée par un haut clocher roman coiffé d'une pyramide à quatre pans, couverte de tuile plates. Le parement extérieur montre des traces évidentes de restauration. Le clocher comporte trois étages séparés par deux bandeaux de pierres. 

Le premier étage est percé, sur chacune des faces, par une petite baie étroite, en plein cintre, et sans ornement. Le second est ouvert, sur chaque côté, par des baies géminées en plein cintre, séparées par deux colonnettes, avec bases et chapiteaux ornés, surmontées d'un tailloir commun. Le troisième étage, le plus orné, est percé d'une triple baie en plein cintre ; chacune des baies est séparée par une double colonnette à bases et chapiteaux sculptés, comme à l'étage précédent. Sous la corniche sommitale, on observe une décoration d'arcatures de type lombard et de bandes de maçonnerie qui renforcent les angles du clocher.

Les murs extérieurs de la nef sont épaulés de contreforts à double ressaut. La façade occidentale, très simple, encadrée par deux contreforts à glacis, est surmontée d'un pignon triangulaire sommé d'une croix. Le portail ouest, de style néo-roman, comporte une archivolte encadrant un tympan nu orné du monogramme du Christ. La voussure externe comporte un gros tore qui retombe sur deux colonnettes à chapiteaux non sculptés, par l'intermédiaire d'un tailloir chanfreiné et mouluré.

Le mobilier
La statuaire en plâtre polychrome, de style Saint-Sulpice, est abondante et bien conservée. Elle représente les saints les plus vénérés par la piété populaire. La Vierge Marie est représentée par cinq statues, saint Joseph, par une statue et un vitrail. A l'entrée de l'abside, l'autel majeur comporte un bas-relief qui représente l'Apparition aux pèlerins d'Emmaüs. Dans les bras du transept, on trouve (à gauche) l'autel de la Vierge, et (à droite) celui du Sacré-Cœur. Les devants d'autels sont ornés de bas-reliefs.

Parmi la vingtaine de statues en plâtre coloré qui ornent l'église de Viry, on trouve les Apôtres Pierre et Barthélémy (patron de la paroisse), saint Michel archange, des grands saints de l'époque médiévale comme saint Antoine de Padoue et sainte Jeanne d'Arc ; des saint de l'époque moderne comme sainte Jeanne de Chantal et sainte Marguerite-Marie Alacoque, et enfin des saints plus contemporains comme le curé d'Ars et sainte Thérèse de Lisieux.

L'élément décoratif le plus intéressant de l'église de Vilest, bien-sûr, le vitrail à trois lancettes, daté de 1510, qui a été classé au titre des Monuments Historiques, le 22 mars 1910.
L'église de Viry a fait l'objet d'une restauration récente, à l'intérieur, qui lui a redonné tout l'éclat de ses couleurs. Cette église partiellement romane fait partie des « Chemins du Roman » en Bourgogne du Sud. Elle se trouve sur le circuit occidental des églises romanes du Charolais, au départ de Paray-le-Monial.

 


VIRY Bourgogne